Les énergies renouvelables sont produites grâce à des éléments inépuisables : eau, soleil, vent, bois, etc. Elles signalent notre volonté de produire de l’énergie avec un impact environnemental faible ou au moins maîtrisé et localisé.

On attend de ces énergies qu’elles n’entament pas le bien-être des générations futures, qu’elles restent accessibles et exploitables pendant encore quelques siècles, qu’elles soient à la fois écologiquement propres et socialement acceptables, tout en restant économiquement rentables.

Mais elles ne sont pas toujours aussi vertes et durables que nous le pensons. Voici un petit tour d’horizon des différents avantages et inconvénients des énergies renouvelables principales.

Les panneaux solaires

Thermique ou photovoltaïque, l’énergie solaire offre énormément d’avantages non négligeables pour notre planète (et pour notre portefeuille). Elle est inépuisable (en tout cas pendant encore 500 millions d’années). Les panneaux solaires sont silencieux avec des frais de maintenance et d’entretien relativement faibles, même s’ils sont encore chers à l’achat. Ils permettent (après quelques années) des économies conséquentes et une autonomie énergétique.

                © Coralie Cardon
© Coralie Cardon

Ces panneaux sont souvent présentés comme non-polluants. Ils ne rejettent, en effet, aucun gaz à effet de serres ni de déchets radioactifs. En tout cas pas lors de leur utilisation. Mais qu’en est-il de leur recyclage ? Leur durée de vie est pour le moment de 20-25 ans. Ils contiennent du cuivre, du silicium, du cadmium, du tellure, de l’indium (utilisé dans les écrans plats), du gallium, de l’aluminium, du soufre et de l’argent. Certains de ces éléments peuvent être toxiques en grande quantité.

Une directive européenne (WEEE) prévoit les procédures de fin de vie et de recyclage des composants électriques et électroniques. Certaines entreprises investissent depuis plusieurs années dans le recyclage des panneaux solaires.

► Lire aussi : Une usine de recyclage de panneaux photovoltaïques à Seraing

Si les techniques d’exploitation de l’énergie solaire sont relativement jeunes, une marge d’évolution est encore possible : l’amélioration des performances des panneaux, les techniques de stockage de l’énergie et la réutilisation des constituants.

► Lire aussi : Allemagne : les énergies renouvelables sources d’un tiers de l’électricité en 2015

Les barrages hydrauliques

Il existe plus ou moins 800 000 barrages hydrauliques à travers le monde, dont 52 000 de grande taille d’après le magazine Imagine, demain le monde. Cette énergie renouvelable permet un rendement de 90 %, ce qui en fait une des sources d’énergie les plus intéressantes. De plus, pas de problème de stockage avec cette technique : on peut actionner les vannes uniquement lorsqu’on a besoin d’électricité.

De plus cette technique présente une régularité dans la production d’énergie car elle ne dépend pas des aléas de la météo, contrairement aux panneaux solaires ou aux éoliennes. L’activité touristique engendrée par les bassins créés n’est pas non plus négligeable d’un point de vue financier.

             Barrage du Grand Canyon, Etats-Unis. © EPA
Barrage du Grand Canyon, Etats-Unis. © EPA

Mais la construction de ces barrages amène des problèmes environnementaux et sociaux. Tout d’abord, les plantes inondées lors de l’installation d’un barrage provoquent une pollution très importante pour la planète. Leur décomposition anaérobie (sans oxygène) produit de grandes quantités de méthane et de protoxyde d’azote. L’effet de serre qui en résulte est 25 à 300 fois plus important que celui du CO2. Cette pollution serait même plus importante que celle engendrée par la circulation aérienne.

L’écologie souffre également avec un barrage. Les espèces et les sédiments ne peuvent en effet plus se déplacer. Ce qui entraîne la disparition de certaines d’entre elles, notamment dans les poissons migrateurs, même si des passes à poissons existent. La stagnation de l’eau piège aussi les polluants… Sans parler des millions de personnes déplacées et des merveilles ensevelies.

Les barrages présentent donc des avantages et des inconvénients. Pour les barrages déjà construits, le mal est fait. Mais les nouveaux barrages à construire à l’avenir se doivent d’être plus regardants en matière d’écologie, d’écosystème et de l’Homme également.

La géothermie

La géothermie est une énergie moins connue. L’idée est simple : récupérer l’énergie stockée sous la surface de la Terre. Elle peut être directement utilisée pour chauffer les bâtiments ou être transformée en électricité. Cette énergie présente de nombreux avantages. Tout comme les barrages, elle ne dépend pas de la météo. Elle est donc continue. Elle est de plus exploitable partout dans le monde.

                 © AVPRESS
© AVPRESS

L’énergie par extraction de chaleur n’est pourtant pas toujours 100 % renouvelables. En effet, la géothermie nécessite un générateur qui fonctionne à l’électricité. Elle dégage également de faibles vapeurs de soufre si elle est utilisée sous forme d’eau ou de chaleur.

► Lire aussi : Une cartographie européenne du potentiel géothermique de surface

La biomasse

La biomasse est une des énergies les plus anciennes au monde. Les hommes préhistoriques avaient déjà en effet découvert le feu il y a plusieurs dizaines de milliers d’années. Cette énergie permet de fabriquer de l’électricité grâce à la chaleur dégagée par la combustion de matières (bois, végétaux, déchets agricoles, ordures ménagères organiques) ou du biogaz issu de la fermentation de ces matières, dans des centrales biomasse.

              © René Breny
© René Breny

Mais les énergies biomasses ne sont pas toujours renouvelables. Elles sont en effet sujettes à des dérapages : déforestations, importations d’arbres de pays lointains, mise en péril de la biodiversité et de la fertilité dans les lieux où cette énergie est produite, problèmes sociaux (travail d’enfants, travail dans de mauvaises conditions, pollution, etc.).

L’utilisation de la biomasse produit de plus du CO2, mais en quantité beaucoup plus petite que le pétrole, le gaz ou l’électricité. Si elle est produite dans de bonnes conditions environnementales et sociales, cette énergie présente énormément de bienfaits.

Il existe par exemple un label qui certifie une exploitation durable des forêts.PEFC est une ONG active dans une gestion durable des espaces forestiers.

► Lire aussi : L’ULg signe un accord avec Toronto en matière de biomasse

Les éoliennes

Une éolienne transforme l’énergie du vent en énergie mécanique. Il existe deux grands types d’éoliennes : celles qui produisent de l’électricité, les aérogénérateurs, ou celle qui pompe de l’eau, appelée tout simplement de pompage. Les avantages et inconvénients des éoliennes sont par contre relativement connus de tous. Bruit, danger pour les oiseaux, perturbations des ondes électromagnétiques et une énergie qui dépend de la météo sont les problèmes de ces grandes constructions.

Elles offrent en outre une énergie renouvelable. Aucun carburant n’est nécessaire à leur mise en marche et elles n’émettent ni gaz à effet de serre ni déchets toxiques.

              © Belga
© Belga

Le principal frein à l’implantation de champs entiers d’éoliennes (en dehors du prix) est la pollution esthétique du paysage. Le bruit et la perturbation des ondes font que ces éoliennes sont souvent plantées loin des habitations. Mais les localisations propices ne courent pas les rues.

Les parcs éoliens en pleine mer sont donc une solution plus viable. En mer ou sur le littoral, une éolienne est en permanence alimentée de vent et pourrait fournir de l’énergie à de nombreux ménages et entreprises. Mais cette localisation n’est donc plus 100 % écologiques car il faut des kilomètres de conduites pour transporter l’énergie…

► Lire aussi : Le plus grand parc éolien du monde au large de la côte britannique d’ici 2020

Aucune solution n’est donc totalement avantageuse. Mais toutes ces énergies renouvelables sont des techniques qu’il faut préconiser, même si des améliorations restent à produire. Elles sont beaucoup plus avantageuses pour l’environnement que les énergies fossiles.

Une chose est certaine et efficace à 100 % pour la sauvegarde de la planète : nous devons réduire notre consommation d’énergie.

Sandra Cools (St.)
Mis en ligne jeudi 31 mars 2016, 15h57