LE PLASTIQUE DOIT DEVENIR TOTALEMENT RECYCLABLE

Rendre tous les plastiques recyclables. Tel est le message véhiculé par Werner en tant que Directeur Général de Go4Circle, dans une tribune parue dans le journal flamand De Morgen.

Car, en tant que société, nous devons oser dire, dans l’actuelle ‘Guerre du plastique », que le plastique doit devenir totalement recyclable.

Avec des initiatives comme les « plastic attacks », « mai sans plastique », … la guerre contre les plastiques fait plus que jamais rage. Mais cette guerre, peut-on la gagner? Le plastique, on le retrouve en effet partout ! Nous devons  nous demander: pouvons-nous (et voulons-nous même) vivre sans plastique dans notre société?

Nos ancêtres pouvaient parfaitement survivre sans plastique. C’est vrai, et il existe sans nul doute des alternatives pour certaines applications. Certaines sont mêmes meilleures et plus durables! Mais ce n’est pas forcément toujours le cas. Dans tous les cas, nous devons oser dire, en tant que société, que le plastique doit devenir totalement recyclable. Dans le cas contraire, il finira par être éjecté du marché à terme.

On a bien dit à terme. Parce que, pour l’heure, le monde est encore extrêmement dépendant de tout ce plastique. Mais nous pouvons quand même déjà entreprendre des démarches contre les plastiques excédentaires. Et c’est le cas.

Dans sa stratégie pour le plastique, l’Europe souhaite par exemple réduire au maximum l’utilisation de plastiques à usage unique comme les sachets plastiques jetables.

En Belgique, les sacs en plastique jetables sont poussés vers la sortie depuis longtemps. Depuis l’été 2017  ils sont interdits dans toutes sortes de petits commerces dans la Région de Bruxelles-Capitale, mais on n’en est pas encore à une interdiction générale. Y compris dans les autres régions. Si l’on veut de réelles percées, il faudra attendre les initiatives des grand magasins, qui se mettent peu à peu en place.

Sans engagement…ce n’est pas suffisant

L’Europe souhaite également se référer à un certain sens des responsabilités dans le chef des entreprises, pour réaliser une percée dans le recyclage et la réutiilisation des plastiques. L’Europe espère favoriser l’utilisation de plastiques recyclés dans les processus de production de nouveaux produits par le biais d’initiatives sectorielles volontaires, ce que l’on appelle les ‘voluntary pledges’ –

Mais il faudra plus bien que cela si l’on veut réaliser un réel revirement!

Aujourd’hui en Europe, seuls 6 % des plastiques recyclés sont utilisés dans un nouveau processus de production. Si nous voulons augmenter ce pourcentage et intégrer l’utilisation des recyclats pastiques, nous avons besoin de mesures contraignantes complémentaires.

C’est notamment ce que le parlementaire européen Mark Demesmaeker (N-VA) a indiqué dans son rapport sur la stratégie européenne en matière de plastiques. Le rapport oriente vers la prise de mesures qui contraignent les entreprises à utiliser une quantité minimale de matériaux recyclés dans un certain nombre de produits évidents.

Il est quand même dommage que des communes belges achètent, aujourd’hui encore, des sacs poubelles réalisés totalement à partir de matières premières primaires!? Il existe pourtant des alternatives recyclées qui sont tout aussi bonnes. Il existe même une norme européenne interdisant littéralement d’utliser des matériaux recyclés dans la production de tuyaux et conduites d’évacuation. La Belgique suit cette norme alors que d’autres pays, comme les Pays-Bas, en suivent une autre et utilisent bel et bien des matériaux recyclés dans leurs tuyaux. Résultat: les conduites néerlandaises contiennent en moyenne 40 pour cent de matériaux recyclés. Pourquoi cela n’est-il pas possible en Belgique?

Pour éviter de telles situations, il est impératif d’aider les entreprises dans toute l’Europe, de les inciter et, si nécessaire, de les obliger à utiliser des matériaux recyclés dans leur processus de production.

Et cela ne s’applique pas uniquement aux produits de niche, mais aussi aux marchandises de masse. Cela nous permettra de créer une vraie solution à la montagne de déchets plastiques. Si ce déchet devient une matière première importante dans de nombreux processus de production, les entreprises prendront elles aussi les mesures nécessaires pour assurer l’approvisionnement de ces matières premières de valeur.

Par ailleurs, les personnes ne jetteront plus non plus leurs déchets plastiques nonchalamment en rue, dans la mer ou ailleurs. Pour nous aussi, cela aura beaucoup de valeur.

GRSE
Duvigneaud
Sametal
Wilmet